Art Martial.net

Forum d'Arts Martiaux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le monde merveilleux des AM coréens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Hapkido 4   Jeu 3 Avr - 8:53

Une interview de RIM Jong-Bae



Une interview de ce Maître installé aux Etats-Unis qui me semble bien intéressante pour comprendre la vie de CHOE Yeong-Sul et les évolutions du Hapkido au travers des années. Je ne traduis que les passages ayant trait au Hapkido, les parties relevant de sa vie passée et future ne me semblant pas intéressantes dans le cadre de ce blog. Certains passages me laissent dubitatifs mais je les traduis tout de même de manière à ce que chacun se forge son opinion.

Texte traduit du livre Hapkido de Marc Tedeschi


A quoi ressemblaient les cours (avec CHOE Yeong-Sul) à cette époque ?
Les cours de mon Maître commençaient à 5 heure du matin. Il y avait 3 cours par jour, exception faite du Dimanche. Dans les classes du matin, (il devait y avoir) 25 personnes ; pendant la journée, 10 ; et le soir, peut-être 25 enfants et écoliers. Maître CHOE divisait la salle par niveaux. Un cours durait 2 heures. Pour un débutant, c'était plus lent. Après une année de durs exercices, on se sentait bien et le corps entier était fort. Si l'on manquait 2 cours, Maître CHOE vous renvoyait : "Tu n'es plus mon élève". Si vous parliez pendant qu'il parlait, ce qui est malpoli, même chose. Une fois suffit et vous partez. Quand d'autres élèves partaient ou allaient voir d'autres écoles, il leur disait : "Ne reviens plus, tu n'es plus mon élève". Le matin, en hiver, il faisait très froid et il n'y avait pas de chauffage. On prenait une soupe de haricot et on s'entrainait.

Vous étiez non seulement un étudiant de Maître CHOE mais aussi son voisin, et plus tard un ami intime ?
Il aimait jouer un jeu nommé Gô. Parce qu'il m'aimait bien et qu'il aimait ma façon de m'entraîner, il me demandait de rester et de jouer avec lui. Nous avons joué de nombreuses fois et nous parlions de beaucoup de choses. Il me racontait des histoires- comment il vécut au Japon, l'histoire du Hapkido. Un jour, il m'assomma sans me toucher. Au Japon, il avait développé ce pouvoir particulier : avec sa bouche (d'un cri sourd), il m'avait assommé. Alors je lui ai demandé comment il avait acquis ce pouvoir. Il dit que tous les matins, il méditait sur une bougie et essayait de l'éteindre. Quand il réussissait à le faire, il éloignait un peu plus la bougie. Cela prit beaucoup d'années mais son pouvoir avait grandi.

Maître CHOE a-t-il jamais parlé d'avoir étudié d'autres AM ?
Il avait appris le Kendô. Il aimait les épées.

Après le retour de CHOE en Corée en 1945, et jusqu'au milieu des années 70, a-t-il ajouté de nouvelles techniques au Hapkido ?
Non, il enseignait uniquement ce que lui avait enseigné TAKEDA Sokaku. En ce qui le concernait, c'était une méthode absolument complète et il ne voyait rien à y ajouter.

Devons-nous comprendre que le Hapkido de CHOE était identique au Daitô-ryû Aiki Jûjutsu ? Que c'est la même chose ?
Pour autant que nous le sachions, c'est la même chose. Il a été très très clair sur ce point pendant son voyage aux Etats-Unis en 1982 -inflexible- qu'il n'avait jamais rien changé. C'est ce point qui le décevait partout où il allait, tous ces gens faisant du "Hapkido" mais ne pratiquant visiblement pas ce qu'il avait enseigné ("son art"). Il ressentait que ce que les gens appelaient Hapkido sans discrimination. Il n'avait aucune rancoeur contre personne, mais il ressentais juste un échec de sa part car il n'avait pas réussi à transmettre l'art de TAKEDA. C'était pourtant ce qu'il désirait voir se produire.

Comment CHOE organisait-il son enseignement ?
Il y a tellement de techniques, plus de 3.000. J''essaye d'en pratiquer 10 par jours de manière à toutes les revoir en une année. Avant le premier Dan, il y a 444 techniques de base codifiées. Après, l'enseignement devient plus personnalisé, il s'agit d'énergie, de flux et de connection, plus tellement de technique. Il faut apprendre les techniques mais après, il faut les laisser aller, c'est un paradoxe mais c'est la vérité. On se dégage de l'illusion de la séparation des (catégories de) techniques. Mais sinon, on apprenait d'abord le mouvement de base, puis un peu plus évolué, puis un peu plus, ...

Que signifie "Evolué" ?
Un mouvement "évolué" signifie un mouvement sans mouvement, mais qui a sa racine dans une technique de base apprise avant. C'est une vibration plus élevée en énergie, plus élevée dans la compréhension, plus élevée dans la connection. Le débutant fait un large mouvement circulaire mais plus il progresse, plus le mouvement est court, de plus en plus court. Et l'effet sur l'adversaire devient de plus en plus fort.
Il y a des mouvements, si vous les regardez, vous n'avez aucune idée de ce qui s'est passé- parce que le mouvement était si petit. C'est un mouvement "évolué", un mouvement très avancé.

Est-ce que CHOE enseignait les armes dans son système de Hapkido ?
Le bâton de 30 cm (10 inches), un bâton d'1m80, beaucoup de canne, l'épée, la corde. Il enseignait aussi beaucoup de défenses contre l'épée. Il lançait aussi souvent de grosses billes, du calibre .74, plutôt que des Shûriken parce qu'on pouvait enchaîner plus rapidement. On les lançait sur des mannequins que l'on dispersait dans toute la pièce : on avait pour cibles les yeux, le nez, la bouche, ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Hanguk Jeontong Gundae 5   Jeu 3 Avr - 8:56

Une Brève Histoire des Epées Coréennes



Texte traduit et photographies du site gregorybrundage.tripod.com/koreanswords

1 - Les épées de l'âge de Pierre

Les épées de l'âge de pierre de Corée datent au moins de -1.000 à -600 avant JC. Dans le Musée National Coréen peuvent être trouvées des épées en pierre, en bois, en bronze, en fer et en métal.



2 - Du fer au métal

Le premier usage du fer semble avoir eu lieu quelque part entre le 8ème et le 4ème siècle avant JC. LaCorée a des gisements naturels de fer qui sont relativement élevés en carbone. Contrairement au fer chinois, les artéfacts ferreux de Corée ont une teneur en carbone supérieure à 0,5%. Cela facilitela production ferreuse parce que la fabrication traditionnelle du fer utilise un procédé de "carburisation" où le fer travaillé est tenu dans un feu de charbon durant des périodes prolongées de temps et où le carbone est ajouté via du fer frappé et plié, chauffé au rouge qui a été baigné dans des cendres. Vers 1.200 degrés centigrades, le carbone est absorbé par le fer. Au total, des feux très chauds et de fortes frappes sont nécessaires pour fabriquer le plus fin métal à partir du fer. La Corée a été béniepar la Nature d'avoir naturellement du fer à haute tenuer en carbone pour commencer.

3 - Bref historique

Durant les 3ème, 4ème et 5ème siècles, les technologies apprises de Chine passèrent en Corée, puis au Japon. Il apparaît que le fer utilisé pour fabriquer les premières armes japonaises venaient de Corée jusqu'à à peu près le 5ème siècle (Ferris, 1996).

Il apparaît que durant la dynastie Baekje, le Japon était un état vassal de la Corée (NdDC : c'était un peu plus complexe que cela) et il y avait des relations étroites entre les nations.

Une autre preuve confirmant le rôle de la Corée dans le développement précoce des armes japonaises vient de l'"Epée du Tumulus d'Inari-yama". Découverte au Japon en 1968, l'épée de fer contient une inscription de 115 caractères incrustés en or, marquant l'année 471. Selon les chercheurs Murayama et Miller (1979), les caractères contiennent des indicateurs linguistiques et ortographiques significatifs d'une origine ou d'une influence coréenne dans le texte des inscriptions. Elles suggèrent en outre que l'artisan était un Coréen du fait de preuve linguistique. Puisque Inari-yama et d'autres épées utilisaient le système coréen d'écriture nommé Idu, le chercheur en Histoire KIM Su-Hyung conclut qu'elles étaient originaires de Baekje (une dynastie existant de -18 à +663) (Hong, 1994)

Les épées les plus vieilles en Corée sont droites et à double tranchant. Les épées courbes apparurent tardivement durant la période Goryeo. Durnat cette période, la fabrication des épées fut fortement influencée par la construction et la l'esthétique mongole. Prenant place entre 892 et 1259, la dynastie Goryeo finit avec la domination mongole de la péninsule. Bien que les Mongols échouèrent à coloniser le Japon, de nombreuses technologies de l'empire de Gengis Khan (1162-1227), inclue la fabrication des épées, atteignirent le Japon et dominèrent l'esthétique des épées dans la région de Kamakura, qui était le centre politique du Japon depuis 1192, pour une durée d'à peu près un siècle.



Les épées courbes coréennes se distinguent des japonaises dans le fait que les japonaises ont un canal longitudinal (ou sillon de sang) le long du bord contondant, alors que les coréennes n'en ont pas ordinairement. De plus, les coréennes ont tendance à être lisses du bord contondant au bord tranchant, sans lignes droites le long de la lame.



Jusqu'à la dynastie Choseon (1392-1905), les forgerons coréens d'épées étaient parmi les meilleurs du monde. L'art de la fabrication des épées commença à décliner durant la période Choseon quand le Roi I Song-Gye commença à transformer le pays d'une nation bouddhiste à une nation confucianiste. Le Néo-confucianisme conduisit au dédain des arts de la guerre. Auparavant, les forgerons habitaient dans le palais. Après ceci, ils furent relégués parmi les plus bas rangs de la société. En conséquence, la société militaire du Japon féodal encouragea la production d'armes, cependant que la société scholastique de Corée la méprisait. La technologie des épées finit par stagner.

Il y a à peu près 100 ans, les anciennes méthodes de fabrication des épées coréennes furent abandonnées. De nombreux facteurs entrèrent en compte : nouvelles méthode de fabrication du métal, l'utilisation d'armes à feu et l'occupation japonaise de la Corée.


Les grandes épées de l'amiral I Sun-Shin (이순신 장군 장검)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Jeu 3 Avr - 9:04

CHOE Yong-Sul : textes et photographies

Bien, de nombreuses semaines se sont passées depuis mon dernier post et vous m'en voyez désolé... Le temps est ce qui manque le plus dans cette vie Rolling Eyes Vacances en novembre, travail toujours chargé en fin d'année, vie de famille prenante, achat de la XBOX3** : tout ce qui fait que j'ai été très aisément détourné de mon "travail" préféré : la recherche sur les AM coréens. Les choses ayant fini par se tasser, le cours de ce blog peut reprendre. Cependant, pour une reprise, je vais y aller en douceur afin de ne pas risquer une foulure aux neurones. Donc, pour inaugurer cette saison 2008, j'ai décidé de dédier un post reprenant tous les matériaux concernant l'un (sinon LE) fondateur du Hapgido : CHOE Yong-Sul

1 - Sa biographie

CHOE Yong-Sul (최 영술, 崔龍述, 1904-1986, souvent transcrit en CHOI Young-Sool) est né dans le village de Yeongdong (영동, province de Chungbuk-do), en 1904 (il y a aussi controverse quant à son année de naissance).

L'année de ses 8 ans, il rencontra un marchand japonais nommé MORITOMO. Son épouse et lui, n'ayant pas de fils, l’enlevèrent et l’emmenèrent avec eux au Japon. Mais il pleurait et criait tellement qu’il fut abandonné dans la ville de Moji peu après son arrivée dans ce pays. CHOE voyagea seul jusqu’à Ôsaka où il fut arrêté pour vagabondage. Il fut alors confié à un temple Bouddhiste à Kyôtô où le moine WATANABE Kintarô s'occupa de lui. CHOE resta au temple pendant deux ans et lorsque WATANABE lui demanda quelle direction devait prendre sa vie, il montra les fresques sur les murs dépeignant des scènes martiales. Il se trouva que WATANABE était un ami proche de TAKEDA Sokaku, le maître de l’école Daitô et il arrangea son introduction auprès de lui en 1913. Après quoi, TAKEDA décida de le faire travailler chez lui en tant que garçon à tout faire (ndla : l’adopta ? sources imprécises et invérifiables), lui donnant le nom de YOSHIDA Asao (?田 朝男).

Pendant les 30 années suivantes, CHOE habita chez TAKEDA en tant qu’Uchi-Deshi (étudiant-résident) sous la direction personnelle du maître, servant d’assistant durant les cours, aussi bien auprès d’officiers de haut rang que pendant les différents voyages de démonstration, jusqu’à la mort du maître japonais en 1943.

A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, vers 1945, CHOE arriva à Busan, puis continua jusqu’à Yeongdong, son village natal. Comme personne ne l’y attendait plus, il repartit vers Daegu et ce fut durant ce voyage que lui furent volés ses bagages, son argent et ses Menkyô-kaiden (diplômes martiaux, autorisations d’enseigner) prouvant son rang au sein de l’école Daitô-ryû. En dépit de cette perte, CHOE chercha un poste d’enseignant d’art martial et reprit son nom coréen.

En février 1948, il rencontra SEO Bok-Seop (서 복섭, fréquemment transcrit en SU Bok-Sup), son premier étudiant. Celui-ci était le directeur d’une fabrique de Makju (une sorte d’alcool). CHOE était vendeur ambulant de gâteaux de riz dans la rue pour subvenir à sa famille et il venait à la fabrique pour récupérer des grains résidus de la fermentation pour nourrir son cochon. Un jour, une bagarre impliquant CHOE éclata et SEO descendit pour la stopper. C’est alors qu’il remarqua les techniques utilisées par CHOE : elles lui étaient inconnues, bien qu’il fut à l’époque 1er Dan de Jûdô. Il le fit venir dans son bureau afin que celui-ci lui démontre ses techniques. CHOE appelait alors sa technique Yawara (Cor. : Yusul) et SEO prit sa première leçon dès le jour suivant. Quelques années après, CHOE devint le Garde du Corps du père de SEO.

Le 12 février 1951, CHOE et SEO ouvrirent le Daehan Hapki-Yugweonsul Dojang (대한 합기 유권술 도장). CHOE choisit le nom de Yugweonsul pour son art parce qu’il pensait que le terme Yusul pouvait se confondre aisément avec Jûdô (Cor. : Yudo). Cette même année, ils firent leur première démonstration publique de Hapki-Yukwŏnsul à l’Université de Daegu.

Autour de 1958, CHOE et SEO ouvrirent leur propre dojang à Daegu. C’est aussi en 1958 que le style prit définitivement le nom de Hapkido.

CHOE était un instructeur exigeant et dur, blessant parfois ses élèves. Il y avait des cours collectifs le matin et le soir, et des cours particuliers durant la journée. Il enseignait à une seule personne à la fois. C’est ce dernier point qui est important car il explique qu’il y ait tant de courants de Hapgido alors que tous les Maîtres de ces courants avaient eu un même professeur. CHOE donnait un enseignement personnalisé qui dépendait du physique et du degré d’avancement de chaque élève. Chacun avait donc acquis une part plus ou moins importante de ses connaissances et bien peu peuvent se prévaloir d’avoir reçu un enseignement complet.

CHOE Yeong-Sul mourut en 1986 et fut enterré à Daegu. Auparavant, il avait passé le flambeau du Hapgido en 1985 à son fils, CHOE Bok-Yeol (최복렬), alors 8ème Dan (celui-ci, né en 1942, avait été entraîné dès son plus jeune âge sous la férule de son père mais il mourut de maladie peu de temps après son père en novembe 1987).

2 - Son interview de 1982

M Choi, Quelles sont les circonstances qui vont amenées à vivre au Japon ?
Enfant, je vivais dans le village de Yong Dong dans la province de Choong Chung en Corée. A cette époque il y avait beaucoup de Japonais dans la région à cause de l’occupation japonaise en Corée. Je fis la connaissance d’un certain M Moritomo qui était un homme d’affaire Japonais et propriétaire d’un magasin de friandises. Moritomo n’avait pas de fils. Quand vint le moment pour lui de rentrer au Japon, il me kidnappa et m’emmena avec lui au Japon dans l’intention de faire de moi son fils. Je n’aimais pas cet homme et étant donné que je ne cessais pas de protester et de pleurer, il finit par m’abandonner dans la ville de Moji peu de temps après notre arrivée au Japon.
De Moji, je me rendis, seul, à Osaka. Je ne tardais pas à sombrer dans le désespoir et alors que je pleurais et errait sans but dans la ville, je fus ramassé par la police. Quand les autorités découvrirent que je n’avais pas de famille au Japon elles me confièrent à un temple Bouddhiste. Je vécus la bas deux années sous la tutelle du moine Kintaro Watanabi.

Quel age aviez vous quand vous fûtes kidnappé ?
J’avais à peu près huit ans je crois.

Comment fûtes vous placé dans la demeure de Sokaku Takeda ?
Quand j’habitais dans le temple, j’étais fasciné par les fresques illustrant des batailles et des scènes fameuses qui étaient exposées partout dans le temple. Un jour, Wadanabi me questionna sur l’orientation que je souhaitais donner à ma vie. Je lui montrai immédiatement une scène du mur dépeignant les Arts martiaux et répondis que c’était ça que je voulais faire. Kintaro Watanabi était un ami proche de Sokaku Takeda,. Sokaku, qui m’appréciait et, ému par ma situation, décida de m’adopter. Il me donna le nom japonais de Asao Yoshida. J’avais à peu près 11 ans à cette époque.

Dans quelle ville était situé le temple bouddhiste ou vous viviez ?
A Kyoto.

Quelle était la nature de votre entraînement sous la conduite de Takeda Sokaku ?
Takeda Sokaku était le chef du Daito-Ryu Aikijujutsu. J’ai vécu dans sa demeure et étudié sous sa conduite personnelle pendant plus de 30 ans. J’étais son fidèle étudiant et pendant 20 ans de mon instruction, je vécus isolé en sa demeure dans la montagne.

Takeda était l’enseignant de la famille royale. Etiez vous personnellement impliqué dans l’enseignement de la famille royale ?
Oui, à cette époque j’assistais mon professeur dans tous ses enseignements. Pendant notre séjour à Tokyo, nous enseignions à de hauts dignitaires du gouvernement. Nous avons également voyagé dans différentes régions du Japon et enseigné à des groupes de personnes sélectionnées.

Vous êtes vous produit lors d’exhibition ou avez vous enseigné avec Maître Takeda à l’étranger ?
Oui, j’avais à peu près 28 ans, des politiciens avaient organisé pour mon professeur et ses étudiants les plus brillants un voyage à Hawaï afin de faire des démonstrations.

Quel était votre statut au cours de cette tournée ?
J’étais le leader de l’équipe de démonstration sous la direction de mon professeur.

Combien de personnes composaient l’équipe de démonstration et vous rappelez vous du nom de certain des participants ?
A l’époque de la démonstration à Hawaï, nous étions 5 : Takeda Sokaku, moi même (Asao Yoshida), Jintaro Abida et deux autres personnes dont je n’arrive pas à me rappeler le nom.

A votre retour d’Hawaï, y a t’il eut des changements significatifs dans votre vie ?
Non, nous avons continué à faire des démonstrations et à enseigner en même temps, j’ai continué à apprendre en suivant l’instruction de Maître Takeda.

Dans quelle mesure le déclenchement de la seconde guerre mondiale a t’elle influencé votre vie ?
La 2ème guerre mondiale a apporté de multiples changements. Mon professeur et moi travaillions pour le compte du gouvernement en capturant les déserteurs qui se cachaient dans les montagnes près de chez nous. Nous remettions ces hommes, indemnes, aux autorités. Les changements les plus significatifs apparurent vers la fin de la guerre. Le Japon était en train de perdre la guerre et, dans une ultime tentative désespérée, le gouvernement constitua un contingent militaire spécial qui appela sous les drapeaux la plupart des artistes martiaux les plus en vue de l’époque. Ces personnes très préparées étaient enrôlées dans des unités spéciales de guérilla qui étaient disséminées sur toute la zone du conflit. Tous ceux qui formaient le noyau du Daito-Ryu Aikijujutsu furent incorporés à l’exception de Maître Takeda et moi même. La plupart d’entre eux furent tués au cours des dernières batailles de la guerre.

Pourquoi n’avez vous pas été incorporé comme les autres ?
J’étais sur le point d’être incorporé, mais Takeda Sokaku de par son statut et son influence intercéda en ma faveur. Il me fit hospitaliser pour une opération bénigne. Ceci stoppa le processus de conscription et fit que je ne fus pas incorporé. Il fit en sorte que je ne parte pas à la guerre car il avait le sentiment que si je venais à mourir le Daito-Ryu Aikijujutsu serait perdu dans sa forme la plus complète après sa mort.

Combien de techniques Takeda Sokaku avait il développé et assimilé dans son système ?
3808.

Combien de techniques avez vous personnellement assimilé ?
Peu de temps avant sa mort, mon professeur me dit que j’étais le seul étudiant auquel il avait transmis tous ses secrets et techniques.

Connaissez vous les circonstances de la mort de Takeda Sokaku ?
Oui, il mit fin à ses jours en refusant de s’alimenter.

Pourquoi a t’il fait cela ?
Le Japon n’avait jamais connu la défaite au cours d’une guerre. Takeda Sokaku avait le sentiment que la défaite du Japon par les Alliés avait entraîné la honte et fait perdre la face à ses ancêtres. Takeda était un leader, il se sentit personnellement responsable de cette défaite. A cause de ce sentiment très fort , il décida que la seule issue honorable qui lui restait était de mettre fin à ses jours.

Est ce que Maitre Takeda vous a dit quelque chose de particulier avant sa mort ?
Il m’a dit au revoir et nous avons parlé du désir que je nourrissais depuis longtemps de retourner en Corée. Il me pria de le faire. Il craignait que ma position dans sa maison et mon origine coréenne puisse entraîner mon assassinat si j’étais resté au Japon. Si j’étais resté au Japon après sa mort pour lui succéder, cela aurait été dangereux (pour moi).

3 - Photographies

Edit : ah, zut, j'avais trouvé une petite mine de photos mais elles ne sont pas téléchargeables. Je vais trouver un moyen et mettre ce post à jour plus tard. En attendant, les plus classiques :

a. Portraits



b. CHOE et ses élèves






IM Hyeon-Su (pour son 7ème Dan)


Début des années 60 durant un séminaire à Seo'ul


1975, réunion des Maîtres de première génération


CHOE aux Etats-Unis en 1982 avec IM Jong-Bae et Joe SHEYA


c. CHOE en action



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
le Tapir

avatar

Masculin Nombre de messages : 456
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Jeu 3 Avr - 9:19

Bravo pour l'étendue de ton savoir, impréssionant, t'es presque aussi savant que mon Bro' dans ta partie Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
-
modérateur exemplaire


Masculin Nombre de messages : 1125
Age : 107
Localisation : -
Pratiques actuelles : -
Pratiques passées : -
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Jeu 3 Avr - 9:26

aaaaaaaaah !


ça c'est génial !

là dans ces postures je vois un truc intéressant Smile

c'est dommage que peu de gens aient réussi à capter ça, (enfin je dis ça... j'ai pas de vidéos de lui), mais avec les photos, là j'ai l'impression de retrouver un truc vraiment structuré et connecté Smile





pour le TKD nord coréen, j'en ai fait un peu, ça ressemblait à du kyokushin avec des projections de judo, des coups de coudes et les frappes autorisées à la tête. (protections autorisées par contre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Jeu 3 Avr - 13:44

@Le Tapir,
Merci pour ton appréciation. Ton frère est spécialisé dans quoi ?

@Gauthier,
Oui, c'est la même impression que je ressens en voyant ces photos en action. Des sensations que je n'ai pas en voyant certaines vidéos d'autres instructeurs. Ou pire, des sensations que je ressens avec certains instructeurs mais qu'on ne retrouve pas chez ses élèves occidentaux... Je crois qu'il ne faut pas perdre de vue que le Hapkido est un AM interne-externe.

Pour une vidéo (la seule en action à ma connaissance), cliquez ici. la qualité est mauvaise mais on peut voir un certain nombre de détails intéressants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
-
modérateur exemplaire


Masculin Nombre de messages : 1125
Age : 107
Localisation : -
Pratiques actuelles : -
Pratiques passées : -
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Jeu 3 Avr - 13:48

alors après faut voir ta définition d'un art interne Smile

à mon sens, c'est pas parce qu'il y a un travail physiologiquement correct, anatomiquement correct et un travail sur des paramètres comme la respiration ou le relâchement, que c'est un art interne.


en tout cas, d'un seul coup, quand tu le vois, lui, bouger, c'est quand même quelque chose d'autre que ce qu'on voit en général, en France ou en Corée.


Je prends un exemple tout con qui m'avait choqué, mais que penses-tu, par exemple, de Rémi Mollet ? (pas humainement, hein, je ne connais pas ce monsieur autrement que par ce qui se dit de lui, donc je me garderai bien de faire un jugement moral : je parle sur le plan technique).

Il est septième Dan et est l'un des soi-disant grands du hapkido et TKD français, mais je ne vois pas chez lui ces qualités de mouvement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Jeu 3 Avr - 14:54

@Gauthier,
Effectivement, tout dépend la définition de l'interne Razz Mais avec un accent fortement porté sur :

- les respirations (danjeon hoheupbeop, mais pas uniquement)
- les postures (chez nous, pas toujours chez les tenants du Hapkido de Seo'ul... certes pas autant que tenir la posture de l'arbre pendant 3 heures mais quand même...)
- la détente (surtout au niveau de la colonne et des épaules) et l'ouverture des méridiens par des actions d'étirements de type kigong.
- les Balgyeong (chin. : fajing) avec notamment le travail des hanches, du torse et des appuis (du type la Grue qui s'ébroue, génération de mouvement sans utilisation de force mais par génération d'une onde de choc) et avec le travail de Danjeon Hoheupbeop supérieurs.
- le Kihap (qui n'est pas qu'un cri et dont l'action n'est pas uniquement destinée à l'adversaire)
- le Hapki (unité interne, unité avec l'adversaire et unité avec son environnement)
- le travail de la méditation, de la concentration et de l'intention
- l'étude du Han'eui (la MTC) à un certain niveau de grade.

Après je ne sais pas Question Mais je trouve que tout le travail décrit au dessus, étant principalement axé sur une écoute et une sensation de soi, plus cette recherche d'une certaine efficacité sans usage de force, peut-être appelé interne. Mais je conçois que ça ne couvre peut-être pas tout le champs de l'interne... A toi de me dire Wink

Quant à Rémi Mollet, je ne me prononcerais pas sur la personne, vu que je ne le connais pas personnellement et que je ne l'ai jamais rencontré. Tout ce que je connais, ce sont ses vidéos et pour tout dire, je ne les ai pas aimées (voir celle sur le Taekwonkido...). Pas de travail de Him gi'uligi ; des placements pas toujours justes ; des clés passé en vitesse, pas en contrainte (mais peut-être est-ce dû au fait que ce sont des démonstrations...); en tous cas, pas le travail que j'attends d'un 7ème Dan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
-
modérateur exemplaire


Masculin Nombre de messages : 1125
Age : 107
Localisation : -
Pratiques actuelles : -
Pratiques passées : -
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Jeu 3 Avr - 15:11

pour moi, si y'a interne, y'a force pénétrante, pas que "onde de choc".


enfin en tout cas, c'est beaucoup plus profond que ce qui est enseigné, hélas Sad

j'avais un prof très cultivé en AM coréens, mais avec l'expérience, je me dis qu'il est pas si bon que ça maintenant quand je le revois. et un autre qui, par contre, était très propre, c'était un peu plus intéressant...

mais les deux n'insistaient ni sur l'intérêt des postures, ni sur l'intérêt de focaliser son attention sur telle ou telle partie du corps pour comprendre d'où vient la force, ni sur l'anatomie, etc...

biensûr aucun ne connaissait de zones vitales de frappe, ou de points...

les Balgyeong, n'en parlons pas... c'est de la science fiction...




et le Kihap, pareil, enfin ils criaient sans vraiment faire un truc qui avait de l'intérêt...




Peux tu développer ton point de vue sur le Kihap, et sur les éducatifs pour travailler les Balgyeong ?


(PS : bah voilà, le problème est que Rémi Mollet est imprécis, perd souvent l'équilibre, a des postures qui ruinent le corps... bref, l'est pas très bon le monsieur quand on le voit bouger)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Ven 4 Avr - 17:01

Gauthier,

Ok pour ta définition de l'interne. Je ne saurais qualifier la force de nos coups... Du coup, je m'abstiens.

Le problème de certains profs de Hapkido en France, c'est que leur culture martiale est assez superficielle à mon goût et ils ne connaissent pas toute la richesse du Hapkido, ni n'ont la structure corporelle adéquate. Le problème, c'est que ces gens sont regardés par les experts d'autres écoles, notamment par les écoles d'Aiki... Il y a plusieurs raisons, dont la moindre n'est pas la politique de la FFTDA. Mais c'est une polémique que je ne préfère pas aborder ici : mélanger AM et politique n'est pas ma tasse de thé. Le seul commentaire que je peux faire, c'est saluer l'arrivée de Maître LEE Eun-jong qui fait tous ses efforts pour rehausser le niveau.

Pour le Kihap et les Balgyeong, ce sont des vastes sujets et ça pourrait faire l'objet de futurs posts. Pour faire court,

- Il y a 7 types de Kihap au niveau du cri selon ce que l'on recherche : puissance, rapidité, légèreté, ... Mais le kihap peut être silencieux sans pour autant perdre la qualité qu'on cherche à lui donner. Le Kihap a donc une utilité "interne" en ce sens qu'il génère une énergie (Ki) différente. En outre, chaque Kihap sonore a une incidence différente sur l'adversaire.

- Pour le Balgyeong, on les travaille de plusieurs manières : soit sur les Danjeon Hoheupbeop (niveau 2 notamment), sur les déséquilibres qu'on veut imprimer à l'adversaire (Him gi'uligi), sur certaines applications de clé où la sortie de force donne un effet traumatique/douloureux à l'adversaire, sur des frappes du genre de celles de MYEONG Gwang-Sik, ... On peut aussi voir des "semi-Balgyeong" sur des mouvements courts juste destinés à casser la structure de l'adversaire avant d'entamer une autre clé (mouvement préparatoire ou entrée)...

Je tiens à préciser, avant que l'on ne me colle une image de spécialiste, que beaucoup de ce que j'écris dans ces lignes sont des choses que j'ai vues/ressenties avec mes profs (français et coréens) et/ou que j'ai lues dans des ouvrages martiaux coréens, mais ce ne sont pas nécessairement des choses que je maîtrise, vu mon modeste niveau. Mais je sais, pour les avoir expérimentées/travaillées en solo ou avec partenaire, que ce que j'écris est la réalité du Hapkido, il n'y a aucun fantasme dedans, ni exagération, ni rajout de ce que j'aurais pu voir dans telle ou telle autre école. C'est donc (et ça parlera à certains) ma carte du monde du Hapkido que je vous livre honnêtement.

Donc ne me demandez pas des Balgyeong/Fajing à la demande Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
-
modérateur exemplaire


Masculin Nombre de messages : 1125
Age : 107
Localisation : -
Pratiques actuelles : -
Pratiques passées : -
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Sam 5 Avr - 11:21

Bon... bah là d'un coup on peut être convaincu Smile


je te remercie DC, à la manière de Johnny qui peut changer l'opinion des gens sur le shotokan en une demi heure de cours, ton blog permet de voir vraiment la richesse des arts coréens, et je suis content que tu le partages avec nous, c'est vraiment excellent pour que les lecteurs voient ce que c'est, en marge des trucs grand public Smile



PS : que penses-tu du Son Mu Do ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cheeta

avatar

Masculin Nombre de messages : 2361
Age : 36
Localisation : paris
Pratiques actuelles : Ninjutsu,Hino Budo,Systema,Jujitsu brésilien
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Sam 5 Avr - 11:53

je ne répond pas a tes posts sur les arts coréens car je n'ai rien a dire mais a l'instar de gauthier,j'adore tes posts bounce

_________________
«La forme des pyramides d'Egypte nous apprend que dès l'antiquité, les ouvriers avaient tendance à en faire de moins en moins... »)

"une femme dans chaque port et un porc dans chaque homme"

"Votre peur de la mort n’est pas un amour de la vie"
ayn rand

Qui vous a dit de mourir ? Continuez à vous battre!
- Commissaire Otto Xavier

La conscience révolutionnaire est un pléonasme (Daumal)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Lun 7 Avr - 10:31

@Gauthier et Cheeta,
Merci pour vos appréciations, elles me vont droit au cœur Smile j'espère effectivement qu'à votre instar, les pratiquants d'AM de toutes origines pourront avoir une autre vision des AM coréens que celle qu'on nous sert comme soupe et qui en jette pleins les yeux.

Pour le Seonmudo, je pense que c'est un AM tout à fait intéressant à étudier pour plusieurs raisons : c'est un AM externe et il suffit de voir les démonstrations martiales pour s'en convaincre (coups de pieds sautés, intervention musculaire importante, ...) mais c'est aussi beaucoup d'"interne" (je mets des guillemets maintenant Laughing ) : méditation, Kigong, Yoga, MTC. Ce sont ces derniers aspects qui m'ont le plus intéressés quand j'ai fait un temple stay en 2005 et suivi des cours à Seo'ul en 2006. Sinon, d'un point de vue historique, bah, ce n'est pas tout à fait un AM traditionnel, ni tout à fait un AM moderne, comme beaucoup d'écoles coréennes... (n'oublions pas que le Seonmudo a un peu plus de 20 ans d'existence).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
Nicolas le terrible !

avatar

Masculin Nombre de messages : 103
Age : 62
Localisation : Neuilly Sur Seine
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Lun 7 Avr - 11:34

bah en même temps les trois quarts des AM coréens viennent d'être créés : ceux qui sont les plus connus date d'il y a à peine un siècle (à part le Taekyun et certains autre)



merci à toi DC, c'est une joie d'avoir tes posts sur le forum Smile



et pour le Hae Dong Gum Do, quel est ton avis ?

pour ce que j'en ai vu, c'est un mix bâtard entre Kendo et TKD mais ils nous le fournissent comme un art ancestral '-_-

_________________
A tous les expatriés qui sont malheureux de la situation de la France et de leur départ, je veux dire : 'Revenez'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artmartial.easydiscussion.net
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Lun 7 Avr - 16:14

Vrai, Nicolas, la plupart de AM coréens sont des re-créations récentes. Mais ils ne sont pas apparus ex-nihilo. Synthèses d'AM japonais ou chinois, mais pas uniquement, un peu d'AM coréens aussi (quant à savoir lesquels, les données manquent). Cependant, même avant le "génocide culturel", il devait déjà en être ainsi, rien que du fait de la situation géographique de la Corée entre ses deux voisins. Même si nombre d'AM anciens avaient survécu, on pourrait parler longtemps de leur "originalité coréenne" sans pouvoir en déterminer une, très certainement. La seule distinction qu'on pourrait éventuellement faire, ce ne serait pas au niveau technique mais certainement au niveau culturel : un Coréen est vraiment différent d'un Chinois ou d'un Japonais et leur empreinte est sensible, à mon goût. C'est purement subjectif...

Concernant le Haedong Geomdo, je dois m'inscrire (partiellement) en faux quant à ton affirmation. Primo, mix avec le Taekwondo, je ne crois pas, il y a vraiment peu de coups de pieds, c'est vraiment plutôt axé escrime. Mix avec le Kendô ? Si ça a à voir avec les armures et les Shinai, ce n'est pas suffisant pour parler de copie. Certes, les Coréens ont "piqué" l'équipement à leurs homologues mais d'un point de vue technique, le Haedong me semble plus riche (attaques, positions, saisie de l'arme, cibles, ...). Plutôt qu'une resucée de Kendô, je dirais plutôt une resucée de Kenjutsu, ce serait plus juste, encore que toujours un peu faux...

Le Haedong Geomdo propose plusieurs axes de travail, sur des sabres de tailles différentes :

- Kal popgi (baldobeop) : sorties de sabre = Battôjutsu ou encore Iaidô
- Gyeokgeom Suryeonbeop : les rencontres de sabre, faites en général en armure de Kendô japonaise et avec des Jukdo (sabre en bois) = Kenjutsu
- Shiljeon Baegi : coupes réelles sur bambous ou bottes de paille
- Kigong/ Danjeon Hoheupbeop : comme en Hapkido

Il y a en outre l'étude de nombreuses formes (hyeong) :

- Ssangsu Geombeop (12 formes) : techniques de sabre tenu à 2 mains
- Shimsang Geombeop (1 forme) : le sabre du cœur où on commence à aborder des principes tactiques (ces 2 premières séries de formes sont nécessaires à l'obtention du 1er dan = 13 formes)

- Yedo Geombeop (9 formes - 2ème dan) : sabre court
- Seonbang Geombeop (20 formes - 2-3ème dan) : sabre de défense
- Bonguk Geombeop (1 forme - 4ème dan) : sabre national, vieille forme coréenne préservée, semble-t-il.
- Seongong Geombeop (4-5ème dan) : sabre d'attaque. Avec Seonbang Geombeop, ce sont des formes avec le sabre tenu à une main, préparatoires à Ssanggeombeop
- Ssanggeombeop (6ème dan) : formes avec deux sabres (1 dans chaque main évidemment, avec des gardes "marteau" et des gardes "pic à glace" et des mixes)
- Jwageombeop (7ème dan) : sabre assis en tailleur (pas en Seiza...)
- Myeongsang Geombeop (8ème dan) : sabre méditatif

Bien sûr, il existe des compétitions de Geomdo qui, de loin, doivent ressembler à des assauts de Kendô... Bien sûr, nombre de techniques ressemblent à celles des Japonais (mais en même temps, une technique est une technique et leurs sabres se ressemblent beaucoup, d'où une certaine similarité technique)... Bien sûr, le Haedong Geomdo est une école de la seconde moitié du 20ème siècle, avec certaines formes anciennes (au moins Bonguk)...

En même temps, ces mêmes personnes diront que c'est trop bondissant, trop le corps en avant, trop... irréaliste, donc différent des Kenjutsu japonais.

Comme dans le Bouddhisme, la vérité est très certainement au milieu...

-----------------------------------------------------------------------------------

Ps : l'ai-je déjà dit ? Les Coréens n'ont aucun scrupule à prendre ce qui les intéresse ailleurs, sans en faire référence. La notion de tradition est très limitée (elle existe principalement au niveau de la famille confucianiste, le reste étant très fluctuant), de même que la notion de culture nationale est très très récente, contrairement aux Japonais qui ont une idée très précise de leurs traditions et de leur transmission, ainsi que de leurs "trésors nationaux" (je ne parle pas ici de politique ou de "nationalisme", les Coréens sont fière de leur pays ; mais des artéfacts anciens et des "traditions intangibles".)

C'est d'ailleurs la difficulté quand on veut retracer une école en Corée : pas de filiation claire, le Maître a pris à tel et à tel Maîtres ce dont il avait besoin et bye-bye. Une fois qu'on a été formé, on crée sa propre école qui n'aura elle-même pas de descendant, hormis peut-être dans la cellule familiale. Il n'y a d'ailleurs pas d'exemple d'école dans un endroit fixe avec une filiation sur plusieurs générations... sauf peut-être concernant les temples bouddhistes. Il n'existe tout simplement pas d'équivalent aux Makimono d'école avec programme technique et arbre généalogique. D'où l'embarras des historiens de AM coréens... et des Occidentaux quand ils voient le bazar ambiant après la mort des fondateurs (Taekwondo, Hapkido pour ne citer qu'eux). Mais rien de tout ceci ne choque les Coréens Cool

Le pragmatisme est une des meilleures qualités des Coréens (adaptation rapide) en même temps que leur plus grand défaut (quasi-désintérêt pour leur culture passée)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
-
modérateur exemplaire


Masculin Nombre de messages : 1125
Age : 107
Localisation : -
Pratiques actuelles : -
Pratiques passées : -
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Lun 7 Avr - 17:15

très intéressant cette mentalité, ça éclaire beaucoup de choses Smile


pour le hae dong Gum Do, bah c'"est comme le hapkido, j'ai vu des gens un peu bons... mais la plupart sont mauvais, plus parce qu'on leur propose de devenir instructeur fédéral après 5 mois de stages, ou parce qu'ils ont payé, ou parce qu'ils font du sport...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tekki

avatar

Masculin Nombre de messages : 8
Age : 46
Pratiques actuelles : Shorin Ryu
Pratiques passées : Shotokan Ohshima et Kenpo Kai
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Sam 12 Avr - 13:24

Raaah !

Heureusement que tu as publié tout ça ici ! Je ne pensais vraiment pas trouver de telles
richesses dans ton blog ! Sinon j'aurais mis le nez dedans depuis longtemps !

Suite à ta dernière remarque sur la filiation... je comprends un peu mieux
ta réticence à faire un Hapkido Story... mais c'est dommage.

Bon tu n'as rien sur les Shin Bop (Yu Shon Bep) ? Laughing

PS : quand tu veux pour kwoonwikiser une partie de ton trésor !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oshukai.com
Le Pacha
Fake


Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Mar 15 Avr - 16:02

merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Mar 15 Avr - 18:28

@Le Pacha,
De rien, si tu as découvert un peu plus sur les AM coréens, c'est moi qui suis content Wink

@Tekki,
Vilain, tu n'es même pas allé voir mon blog ! Pourtant je l'avais mis en signature... Crying or Very sad Enfin, ça me conforte dans l'idée que j'ai bien fait de le copier sur ce forum Razz Pour ma dernière remarque, c'est dommage... et c'est tant mieux : le bon point, c'est qu'au final, on ne se sent pas prisonnier d'une tradition et qu'on peut évoluer dans d'autres directions sans culpabilité. Pas très joli au niveau reconnaissance envers ses anciens mais anti-sclérosant garanti.

Pour les Shinbeop (ou Unjinbeop), oui, j'ai des choses... mais je suis comme le mauvais cuisinier de restaurant, j'ai trop de marmites sur le feu en même temps et je ne sais même plus où donner de la tête. Tout m'intéresse, alors je saute du coq à l'âne et je ne finis rien. Mais ça va arriver...

Pour le Kwoonwiki, ce ne sont que quelques traductions, donc rien d'original de ma part. En outre, je m'attache peu aux biographies ou aux histoires des fédérations. Donc, bon, on verra...

@Gauthier,
Tu mets le doigt sur un problème récurrent des Coréens : Palli, palli. Vite, vite... Tout va trop vite et ils font souvent de la quantité avant de faire de la qualité. Juste le contraire de ce qu'ont fait les Japonais mais l'époque et le contexte martial leur était plus favorable. Les AM coréens sont jeunes en France, très jeune (entre 15 et 20 ans pour le Hapkido, sauf concernant A.Carbonnel qui a ouvert le premier Dojang en France au milieu des années 80 ; encore plus récent pour le Haedong Geomdo, et inexistence des autres Seonmudo, Taekkyeon, ...).

Mais à force de vouloir accélérer les choses, le moteur pourrait bien caler avant même de partir... Moi, je dis qu'il faudrait bien encore 20 ans d'étude avant de se lancer dans le missionnariat. QUi en aura la patience ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
Le Pacha
Fake


Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Mar 15 Avr - 18:49

pour ce que j'ai vu du Haedong Gumdo, c'était très souvent un truc fait par des gens qui visiblement n'avaient aucune idée de ce que devait être un combat au sabre, hélas Sad je suis prêt à changer d'avis sur la discipline, mais uniquement si je trouve quelqu'un d'interssant, quoi .... :-)


sais-tu où je peux trouver des infos sur le Seon Mu Do ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Mer 16 Avr - 12:42

Pour te répondre sur le Seonmudo, je vais faire une compilation de ce que j'avais écrit en dehors de mon blog avec Tekki.

Pour recadrer les choses, le Seonmudo (선무도, 褝武道) est une école récente. Ce terme n'apparaît jamais dans les récit historiques (que je connais en tous cas). Avant on utilisait le terme générique de Bulgyo Musul (불교 무술, 佛教武術 ; l'AM bouddhiste, littéralement). il est effectivement une synthèse de Yoga (ce temple avait fait venir un Yogi pendant plusieurs années) et d'AM d'influence chinoise (l'influence se fait fortement sentir à mon goût) et d'influences coréennes (à confirmer, le problème de la Corée est qu'elle ne propose jamais des généalogies très documentées ; je "ressens" tout de même quelques différences par rapport aux AM bouddhistes chinois)

Pour ce que j'en ai vu lors de ma retraite, son programme pour les laïcs se décompose en plusieurs partie : Kigong, Yoga, AM et méditation. Clairement, la partie martiale n'est pas ce que j'appellerais très développée. Elle consiste principalement à l'étude des formes qui sont tout de même pour la plupart assez éprouvantes physiquement (sauts, équilibres, mouvements très bas, travail postural ; principalement des techniques de boxe). La seule arme que j'ai pu voir sont des bâtons de différentes longueurs, aussi je suis incapable de dire s'il y en a d'autres. J'essaierai de trouver une vidéo de leur travail martial.

Moi, ce qui m'a le plus intéressé finalement, ce sont les autres matières. Le Kigong est lui aussi très postural, sauf pour une forme de marche en cercle. Par contre, je n'ai pas eu l'occasion de travailler un Kigong martial, dommage. Le Yoga, quant à lui, est à mon avis très bon pour le travail de la souplesse, je le travaille toujours dès que je peux en solo : ça tire de partout (en théorie, il faudrait le travailler tous les jours) !

Enfin, la méditation, je l'avais rarement travaillée sur une si longue durée (30 minutes, 2 fois par jours, c'est long pour moi. J'ai vu 9 positions de méditation mais il y en a visiblement beaucoup plus. Grand moment de solitude mais j'ai ressenti un vrai travail de fond. Ça, par contre, je n'arrive pas à m'y mettre régulièrement, trop de choses à faire, je suppose...

Juste une petite aparté. Concernant le Bouddhisme Seon, celui-ci, a contrario de son homologue Chan de Chine, ne semble pas avoir intégré systématiquement l'étude des AM (est-ce vrai en Chine d'ailleurs ?). En effet, de nos jours, à part à Golgul, il est très difficile de trouver un temple où les moines pratiquent. Ailleurs, ils préfèrent d'autres activités séculaires non violentes comme la cérémonie du thé, l'arrangement floral, les animaux en papier, etc...



Concernant l'Oche yubeop, un peu d'étymologie : O = cinq, Che = corps, Yu = souplesse, Beop = loi, principe : soient les principes d'assouplissement des 5 parties du corps qui sont la tete, les bras, le torse, les hanches et les jambes. De ce que j'en sais, il s'agit d'une adaptation du Yoga Asana, enseignement pris auprès d'un Yogi (je chercherais son nom) qui a ete invite a un long séjour dans le temple de Golgul a la fin des années 70, début des années 80. Donc, je dirais que l'Oche Yubeop est a la fois récent (pour sa partie coréenne) et ancien a la fois (mais mes connaissances de l'Inde et de ses Yoga est trop faible pour que j'ose dire que c'est une pratique millénaire !). (source pour cette partie historique : "Seonmudo Daegeumgangmun 20 nyeonsa", livre commémorant les 20 ans du Seonmudo, 2004)

on peut trouver quelques scènes de Seonmudo dans l'excellent film "Printemps, ete, automne, hiver et printemps", film sur la rédemption ! Je conseille a tout le monde son visionnage : c'est lent mais c'est beau, contemplatif et avec de nombreux niveaux de lecture.


Pour plus de renseignement, tu as Frédéric Foubert (de mémoire) qui l'enseigne à Toulouse. Mets-toi en contact avec lui Wink Sinon, les sites internet en coréen...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
Tekki

avatar

Masculin Nombre de messages : 8
Age : 46
Pratiques actuelles : Shorin Ryu
Pratiques passées : Shotokan Ohshima et Kenpo Kai
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Mer 23 Avr - 8:55

DC a écrit:
Pour les Shinbeop (ou Unjinbeop), oui, j'ai des choses... mais je suis comme le mauvais cuisinier de restaurant, j'ai trop de marmites sur le feu en même temps et je ne sais même plus où donner de la tête. Tout m'intéresse, alors je saute du coq à l'âne et je ne finis rien. Mais ça va arriver...

Merci DC ! Cool

Au plaisir d'en savoir plus alors...

Jusqu'à présent les infos sur eux en français et en anglais sont réduites
à peau de chagrin ou sont douteuses.

Une préexistence de ninjas coréens, voudrait dire qu'ils ne sont pas nés
uniquement d'un melting pot de Yamabushi, sorcier, ronin et autres
saltimbanques reclus dans les montagnes et forêts du Japon.

@+ Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.oshukai.com
le Tapir

avatar

Masculin Nombre de messages : 456
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Mer 23 Avr - 9:01

tres intéréssant ta planche de Yoga simplifié ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC



Masculin Nombre de messages : 40
Age : 45
Localisation : Vincennes
Pratiques actuelles : Hapgi Yugweonsul
Pratiques passées : Shotokan Karatedô, Yôseikan Bûdô, Hakkô-ryû, Hoshin Musul
Date d'inscription : 27/03/2008

MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   Mar 15 Juil - 17:12

[Subyeok chigi] Subyeok Palbeop


Subyeok Palbeop (수벽8법) sont les huit formes de frappe et les huit armes du Subyeok chigi. Les huit formes de frappes sont les suivantes :

- Maju chigi (frapper, 마주치기) : action de percuter et de rebondir comme on frapperait la surface d'un tambour.

- Jareugi (couper, 자르기) : action de rompre, de séparer.

- Danggyeo se'ugi (pousser, 당겨세우기) : action de provoquer un déplacement d'éloignement de l'adversaire.

- Puk ssusigi (percer, 푹 쑤시는기) : action de traverser de part en part.

- Kwak jwi'eobakki (enfoncer, 콱 쥐어박기) : action de faire pénétrer avec force avec l'intention de casser.

- Hwaek chaegi (saisir, 홱 채기) : action d'attraper vivement.

- Kkok jipgi (pincer, 꼭 집기) : c'est l'action de serrer, de presser ou de frapper les points douloureux.

- Salgal'i ssogi (fouetter, 살같이 쏘기) : c'est l'action de gifler ou de frapper comme un fouet.


Ces huit principes sont ensuites déclinés par armes :

- Jang -la paume (장, 掌)


- Sonnal - le sabre de main (손날)


- Bannal - le sabre inverse de main (반날)


- Godeugi - le bout des doigts (고드기)


- Jum - le poing (, et ses déclinaisons avec phallanges avancées)


- Jaep'i - la saisie (잽이)


- Chipgi - les pincements (찝기)


- Ssogi - le dos de la main (쏘기)


Ps : je profite de mon passage pour vous annoncer la création de mon site sur les AM et la culture coréenne. Venez y faire un tour, ça me fera plaisir : Ici (bientôt sous un autre nom, achat de nom de domaine en cours...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hapkido.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le monde merveilleux des AM coréens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le monde merveilleux des AM coréens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» GROUPE B - Argentine, Nigéria, Grèce, République de Corée
» Le plus grand Porte-Conteneurs du Monde
» 05-08/08 - CHAMPIONNAT DU MONDE DE TROTTINETTE 2010
» CHAMPIONNAT DU MONDE NABBA 2010
» Sunn en vente partout dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Art Martial.net :: Les arts :: L'histoire et la culture-
Sauter vers: